chantier


chantier

chantier [ ʃɑ̃tje ] n. m.
• fin XIIe « pièce de bois, étai »; lat. canterius « mauvais cheval »
1Techn. Support. Madrier sur lequel on pose les tonneaux. Mettre du vin sur le chantier. Spécialt Pièce servant de support à qqch. que l'on façonne. Poser une pierre sur le chantier pour l'équarrir. Mar. Navire sur le chantier. tin.
2(1758) Fig. Mettre un travail en chantier, sur le chantier, le commencer (cf. Mettre en train). Ce livre est encore en chantier.
3Lieu où sont rassemblés des matériaux, où l'on procède à des travaux. atelier, entrepôt. Chantier de construction, de démolition. Travailler sur un chantier. Chef de chantier. Entrepreneur qui a plusieurs chantiers. Chantier naval.
Anciennt Au Canada, Exploitation forestière. Habitation pour les bûcherons dans la forêt. région. camp . Homme de chantier : ouvrier forestier. ⇒ bûcheron. Loc. Faire chantier : abattre et scier des arbres.
4Fam. Lieu où règne le désordre. Sa chambre est un vrai chantier. Quel chantier ! bazar, bordel.

chantier nom masculin (latin cantherius, cheval hongre, puis support) Endroit où sont entassés ou travaillés des matériaux de construction. Terrain, endroit où l'on procède à des travaux de réparation ou de construction. Familier. Lieu en désordre : Quel chantier ! Aquaculture Bâti en bois ou en métal servant de support pour les casiers d'élevage des huîtres. Bordure d'une claie. Mines Endroit de la mine où travaillent un ou plusieurs mineurs pour réaliser les différentes opérations nécessaires à l'exploitation. Tonnellerie Ensemble des madriers en bois sur lesquels on pose horizontalement les tonneaux pour les isoler du sol. ● chantier (expressions) nom masculin (latin cantherius, cheval hongre, puis support) Chantier naval, lieu de construction des navires. En chantier, en travaux : L'appartement est en chantier. Mettre, avoir un ouvrage en chantier, en commencer l'exécution, être en train de le réaliser. Mise en chantier, action d'incliner et de caler le bloc de pierre que l'on va travailler en le posant, à un bout, sur un autre bloc appelé chantier.

chantier
n. m.
d1./d TECH Pièce de bois, de pierre, etc., servant de support.
d2./d Lieu où l'on entrepose des matériaux de construction, du bois de chauffage, etc.
d3./d Lieu où l'on effectue la construction (ou la démolition) d'un ouvrage, d'un bâtiment.
Chantier naval, où sont construits des navires.
MINES Lieu d'abattage du minerai.
|| (Québec) Vieilli Exploitation forestière. Travailler dans les chantiers. Homme de chantier: bûcheron.
|| Fig. Mettre un ouvrage en chantier, sur le chantier, le commencer.

⇒CHANTIER, subst. masc.
A.— Ensemble de matériaux servant de support.
1. Usuel, MAR. ,,Structure en bois dans la cale de construction, sur laquelle repose la quille du navire en construction et d'où il est lancé`` (GRUSS 1952) :
1. ...
D'ouvriers et d'outils Cherbourg couvre sa grève,
Le vaisseau colossal sur le chantier s'élève,
...
HUGO, Les Feuilles d'automne, Souvenir d'enfance, 1831, p. 777.
Mettre un navire en chantier. Commencer sa construction :
2. Il est inutile de souligner le rôle des considérations touristiques dans la difficile décision que supposait la mise en chantier du paquebot France, ou même dans la création du nouvel aéroport d'Orly.
L.-M. JOCARD, Le Tourisme et l'action de l'État, 1966, p. 133.
Rem. Il est vraisemblable que dans la conscience ling. de la plupart des francophones, ce sens méton. se rattache à B 2.
Au fig. (Mettre, avoir) en chantier, sur le chantier. (Entreprendre) l'exécution d'un ouvrage; en cours de réalisation. Le poète avait quelques plans de plus sur le chantier (A. DAUDET, Jack, t. 1, 1876, p. 273).
Rem. Dans certains cas, il peut être difficile de distinguer si cet emploi fig. se rattache au sens mar. ou au sens B; dans l'énoncé réduit de A. Daudet, l'emploi de la prép. sur semble justifier notre choix.
2. Rare ou techn. Madrier qui supporte les tonneaux dans une cave ou dans une cale de navire. Mettre du vin sur chantier :
3. Le réservoir de la machine à tirer [le vin] peut à volonté être élevé ou abaissé selon la hauteur des chantiers sur lesquels sont placés les fûts.
R. BRUNET, Le Matériel vinicole, 1925, p. 479.
En partic.
a) MAÇONN. Pierre ou gros moellon placé sous une pierre que l'on veut tailler, pour la maintenir dans une certaine position. Mettre une pierre en chantier, se mettre en chantier (NOËL 1968).
b) MARBRERIE. ,,Table de pierre sur laquelle on place le marbre pour le travailler`` (NOËL 1968).
c) NAVIGATION FLUVIALE. ,,Longue perche entaillée liant ensemble les divers éléments d'un train de bois`` (Mots rares 1965).
B.— P. méton.
1. Lieu où sont entreposés du bois, du charbon, des matériaux divers :
4. Là, s'élevait, entre des chantiers de bois et des magasins de charbon, un hôtel avec restaurant au rez-de-chaussée et des tables dressées sur le trottoir.
A. FRANCE, Le Lys rouge, 1894, p. 285.
Région. (cf. étymol. 2). Levée de terre permettant de circuler dans les parcs à huîtres.
2. Terrain sur lequel on procède à des travaux de démolition, de réparation ou de construction. Les chantiers du métro (ROMAINS, Les Hommes de bonne volonté, Le 6 octobre, 1932, p. 29). Chantier naval. Lieu de construction des navires :
5. Trois répliques de ces bâtiments ont été construites à Penhoët depuis la guerre et ce chantier a mis sur cale en 1949 et 1950 deux bâtiments plus grands encore.
H. LE MASSON, La Mar., 1951, p. 107.
P. ext. Lieu où travaillent des ouvriers du bâtiment, des ponts et chaussées, des mines, etc.
En partic. ,,Lieu où l'on décharge les pierres pour les travailler afin de pouvoir les employer à un bâtiment`` (NOËL 1968). Les pierres du chantier (SAINT-EXUPÉRY, Pilote de guerre, 1942, p. 365).
Fam. Quel chantier! Quel désordre. Minuit sonnait. Ah! quel chantier! Mon épouse va gronder peut-être (GUY MARIE, Chans. ds LARCH. 1880).
Spécialement
a) CARR. ,,Lieu où travaillent les ouvriers carriers pendant qu'ils procèdent à l'extraction de la pierre`` (NOËL 1968). Le chantier de taille (Arts et litt. dans la société contemp., 1935, p. 2004).
b) MINES. Lieu de travail qui se déplace au fur et à mesure de l'exploitation d'un gisement. Chantier d'exploitation, d'abattage :
6. Au milieu de cette vie monotone, sans cesse recommençante de la mine, un accident s'était produit : les chantiers de la veine Guillaume venaient de tomber sur un brouillage, ...
ZOLA, Germinal, 1885, p. 1257.
3. HIST. Chantiers de jeunesse. Organisme créé en 1940 qui a eu pour tâche, dans la période de l'Occupation, de soumettre la jeunesse française à un travail éducatif obligatoire :
7. Le 25 septembre 1940, le ministre secrétaire d'État à l'Intérieur, Peyrouton, informe les préfets de la naissance d'un organisme dont le nom est prononcé officiellement pour la première fois : les Chantiers de jeunesse viennent d'être créés.
B. CACÉRÈS, Hist. de l'éduc. pop., 1964, p. 123.
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694-1932. Homon. chantiez (de chanter). Étymol. et Hist. 1. « Support » a) ca 1202 estre sor les gantiers fig. « être presque au moment où le corps du mort sera sur les tréteaux pour être exposé, être tout près de mourir » (J. BODEL, Les Congés d'Arras, éd. P. Ruelle, 444); b) 1249 barge de cantier « chaloupe placée sur un navire » (Jean Sarrazin, 8, 9 ds T.-L.); c) 1261 « pièces de bois sur lesquelles on place des tonneaux » (RUTEBEUF, Le Miracle de Théophile ds HENRY Chrestomathie, 146, 22); d) 1611 « cale placée sous un objet qu'on veut travailler » (COTGR.); e) 1690 « bloc de bois qui porte la quille d'un bateau en construction » (FUR.); 2. XIVe s. « bord des rivières » (MANTELLIER, March. fréq., Gloss. ds GDF.); 3. 1400 « entassement de matériaux » chantiers de busche (CHRISTINE DE PISAN, Dit de Poissy, éd. M. Roy, II, 172, 446); d'où 1553 « emplacement où les marchands entassent le bois » (P. BELON, Observations, II, 88, éd. 1588, p. 328 ds R. Philol. fr., t. 43, p. 184); 4. 1680 « atelier à l'air libre » (RICH.); 1753 (Encyclop. t. 3 : être sur le chantier, pour dire se travailler actuellement). Issu du lat. class. cantherius proprement « cheval hongre, mauvais cheval de charge »; d'où p. métaph. en archit. « chevron », Vitruve ds TLL s.v., 282, 60; « support auquel on fixe la vigne » Columelle, ibid., 27; le sens 2 peut-être parce que le bord des rivières servait à entasser des marchandises. Fréq. abs. littér. :588. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 358, b) 1 008; XXe s. : a) 1 102, b) 991. Bbg. GOHIN 1903, p. 372. — GOTTSCH. Redens. 1930, p. 260. — MÉLON (N.), HERBILLON (J.), LECHANTEUR (J.). Textes d'archives. Batellerie liégeoise. Dial. belgo-rom. 1969, t. 25, n° 314, p. 121. — QUEM. 2e s. t. 2 1971. — À Propos d'installations ferroviaires. Meta. 1971, t. 16, p. 174. — THOMAS (A.). Nouv. Essais 1904, p. 140.

chantier [ʃɑ̃tje] n. m.
ÉTYM. Fin XIIe, gantier « pièce de bois, étai »; du lat. canterius « mauvais cheval ». Chevalet.
1 Techn. Pièce servant de support.Pièce sur laquelle on pose les tonneaux, dans un cellier, une cave ( Madrier). Par ext. || Mettre du vin en chantier, sur le chantier, dans un tonneau, des tonneaux posé(s) sur des chantiers.
Pièce servant à caler des ballots, etc., sur un navire.
Pièce servant de support à qqch. que l'on façonne, que l'on fabrique. || Poser une pierre sur le chantier pour l'équarrir. — ☑ Loc. Mettre des matériaux en chantier (d'où le sens 2).
Mar. Bloc de bois supportant la quille d'un navire en construction, en radoub. Tin. || Navire sur le chantier.
2 (1758). Loc. En chantier, sur le chantier (avec des verbes tels que mettre). Train (mettre en train). || Opération en chantier. || Mettre une œuvre en chantier.
0.1 (…) Un Président du Conseil devait, il y a huit mois, déblayer et reconstruire. Son successeur aujourd'hui doit parachever ce qu'il trouve en chantier et maintenir un rythme.
F. Mauriac, Bloc-notes 1952-1957, p. 161.
3 Entassement de matériaux. || Un chantier de bois, de charbon.
1 La ville (…) l'a louée (l'aire Saint-Mittre)… à des charrons du faubourg qui en ont fait un chantier de bois. Elle est encore aujourd'hui encombrée de poutres énormes (…)
Zola, la Fortune des Rougon, I, p. 6.
4 Mod. et cour. Lieu où sont entassés des matériaux. Atelier, entrepôt. || Chantier de construction; de démolition. || Travailler sur un chantier. || Il ne quittait guère le chantier. → Pierre, cit. 14. || Les ouvriers d'un chantier. || Chantier d'exploitation, d'abattage d'une mine. || Cantine d'un chantier.
2 Les chantiers du métro, qui se dressaient un peu partout comme des forteresses de terre glaise et de planches, armées d'une artillerie de grues, achevaient d'étrangler les rues, de bloquer les carrefours.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, I, p. 29.
Chantier naval (→ Arsenal, cit. 1).
Anciennt. Au Canada, Exploitation forestière.Habitation pour les bûcherons dans la forêt. || Homme de chantier : ouvrier forestier. Bûcheron. || Faire chantier : abattre et scier des arbres.
5 Fam. Désordre, lieu en désordre. || Quel chantier ! Bazar.
6 Hist. || Chantiers de jeunesse : entre 1940 et 1944, Organisme français d'éducation obligatoire pour la jeunesse, selon les principes du régime de Vichy.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • chantier — 1. (chan tié ; l r ne se lie pas ; au pluriel l s se lie : les chan tié z et les tonneaux) s. m. 1°   Pièce de bois sur laquelle on couche des tonneaux dans le cellier, dans la cave. Avoir, mettre du vin sur le chantier. 2°   Morceau de bois ou… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • chantier — CHANTIER. s. mas. Grande place où l on arrange, où l on entasse des piles de gros bois à brûler, ou de charpente, ou de charronnage. Les chantiers sont pleins, on ne manquera pas de bois. Ce Marchand de bois a son chantier bien garni. [b]f♛/b] On …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • chantier — CHANTIER. s. m. Grande place où l on arrange, où l on entasse des piles de gros bois à brusler, ou de charpente, ou de charonnage. Les chantiers sont pleins, on ne manquera pas de bois. ce Marchand a son chantier bien garni. Il se dit aussi des… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • chantier — Chantier, m. acut. Est la bouttique ou magazin où les marchans de bois d oeuvre, comme poultres, solives, chevrons, ais et autres telles grosses pieces tiennent leur marchandise, et le bois de destail pour brusler, et vient de ce mot Latin… …   Thresor de la langue françoyse

  • CHANTIER — n. m. Lieu où l’on range, où l’on entasse des piles de gros bois à brûler, de bois de charpente, ou de charronnage. Les chantiers sont pleins, on ne manquera pas de bois. Ce marchand de bois a son chantier bien garni. Il se dit également du Lieu… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • CHANTIER — s. m. Grande enceinte où l on arrange, où l on entasse des piles de gros bois à brûler, de bois de charpente, ou de charronnage. Les chantiers sont pleins, on ne manquera pas de bois. Ce marchand de bois a son chantier bien garni.   Il se dit… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Chantier — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Chantier », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Le terme chantier peut désigner : un… …   Wikipédia en Français

  • chantier — nm. ; grand désordre, pagaille : CHANTYÉ (Albanais 001, Saxel 002), shantî anc. (001, 002). A1) pièce // morceau chantier de bois, de pierre ou de métal, poutre, madrier, cale, servant de socle, de support chantier à un tonneau dans une cave // à …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • chantier — chantié m. chantier ; atelier fr. . expr. : sortir dau chantier : tirer d embarras, sortir du pétrin. voir atalier, fangàs, jambin, obrador …   Diccionari Personau e Evolutiu

  • Chantier — nm place vague, cour anc. fr. Voir Champetier …   Glossaire des noms topographiques en France


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.